Permis Moto : Équipements Obligatoires pour le pilote

Author

Categories

Share

En 2013, la réforme du permis moto a rendu obligatoire pour chaque candidat le fait d’avoir son propre équipement lors des examens de passage pour les permis A1, A2 et A. Pour espérer obtenir son permis, il est donc essentiel de bien comprendre quels sont les équipements devenus obligatoires et comment s’assurer qu’ils répondront, le jour J, aux critères de l’inspecteur.
Le port d’un équipement personnel est nécessaire aussi bien pour les épreuves sur plateau que pour celles en circulation. Si vous souhaitez passer votre permis moto, n’oubliez pas que l’inspecteur vérifiera cet équipement à plusieurs reprises au cours de l’examen.

Bien qu’il ne soit pas exigé pour les phase d’apprentissage, il est judicieux de vous procurer l’équipement minimal obligatoire le plus tôt possible, et ce pour plusieurs raisons :

  • pour garantir votre sécurité :

un équipement confortable et destiné à la pratique de la moto vous évitera la très grande majorité des petits bobos qui peuvent survenir lors de l’apprentissage sur plateau.

  • pour améliorer la précision de vos manœuvres :

en vous habituant à votre équipement, vous gagnerez fortement en précision. Les chaussures et les gants en particulier peuvent modifier de manière significative les sensations lors de la conduite et vous serez bien plus à l’aise à l’examen si vous avez déjà conduit avec les mêmes sensations lors de l’apprentissage.
Il est également important de noter que l’équipement, souvent rigide lorsqu’il est neuf, a besoin d’être porté pour se faire à votre morphologie et à vos mouvements. Si vous en avez la possibilité, vous pouvez même aller jusqu’à porter vos bottes et vos gants en dehors de vos heures d’apprentissage pour que vos sensations et vos mouvements deviennent aussi naturels que possible.

  • pour assurer votre confort : votre équipement constitue une protection contre les intempéries, les projections, le froid et même la chaleur. Votre apprentissage sera facilité si vous ne souffrez pas de ces désagréments pendant votre formation.

En général, et en dehors des promotions spéciales, il vous faudra débourser autour de 400 à 500 euros pour vous offrir votre casque, votre paire de gants, votre blouson et vos bottes. Ce montant vous permettra de vous offrir votre premier équipement de base.
Pour assurer votre sécurité et afin d’éviter de vous faire recaler à l’examen, il est important de noter que chacun de ces équipements de base doit répondre à des critères précis.

Casque

Ayant pour vocation de protéger la tête du pilote (ou du passager), il doit impérativement être homologué. Les marquages CE ou NF doivent y figurer pour confirmer que l’équipement a bien passé les tests nécessaires et répond aux normes en vigueur. Mais ce n’est pas tout : le casque doit également être équipé de dispositifs réfléchissants sur ses quatre faces et être à la bonne taille pour vous.
Si votre casque est trop grand, vous risquez de voir l’inspecteur rétrograder votre note en “B” pour l’exercice de déplacement sans l’aide du moteur et exiger un casque convenable pour les exercices suivants. Ceci est confirmé dans le guide d’évaluation des inspecteurs qui précise que si l’équipement est “manifestement de taille inadaptée, l’expert l’indique au candidat, applique la notation B à l’exercice de déplacement sans l’aide du moteur et de contrôle de l’état du véhicule et lui demande de trouver un casque conforme pour les exercices suivants.”
Il serait dommage de rater votre examen en raison d’un casque mal choisi.
Pour s’assurer de choisir un casque qui réponde favorablement aux critères administratifs et qui vous convienne, il est recommandé de :

  • Choisir un casque intégral, entièrement fermé autour tout autour du visage et munis d’une visière. Celui-ci offre une meilleure protection en cas de chute et contre le vent, les intempéries ou les projections (graviers, particules, insectes, etc…).
  • Demander conseil à un vendeur professionnel qui vous aidera à choisir la bonne taille et le casque le mieux adapté. Il est normal qu’un casque neuf puisse être légèrement inconfortable les premiers jours au niveau du front et des joues, mais il se fera à votre tête avec le temps.
  • Opter pour un système de fermeture jugulaire à boucle double D (composé de deux anneaux à travers lesquels passe une sangle qui revient ensuite dans un seul anneau). C’est le système le plus sûr et le plus confortable car il oblige à un nouveau serrage à chaque utilisation. Il est également très confortable et permet de garder la sangle insérée dans les anneaux pour un enfilage rapide. Ce type de fermeture est le seul homologué en compétition et il est préférable aux boucles à clips ou au système micrométrique (également appelé “microlock”).
  • Ne pas acheter par correspondance, surtout si c’est votre premier achat. L’achat en ligne ou sur catalogue est à réserver aux personnes qui ont de l’expérience dans le choix de leur casque et savent exactement quelle marque, quel modèle et quelle taille choisir.

Gants

Ils protègent vos mains du froid et des projections en plus de les protéger contre l’abrasion en cas de chute. Comme le casque, les gants doivent être conçus spécifiquement pour la pratique de la moto et disposer de protections renforcées et d’une fermeture au niveau du poignet. Les marques CE, NF ou EPI ne sont pas obligatoires mais peuvent vous aider à vous assurer de la conformité de l’équipement.
Lors du choix de vos gants, assurez-vous qu’ils soient bien ajustés à chacun de vos doigts et qu’ils ne limitent pas les mouvements individuels de chaque doigt. Les gants équipés d’une doublure seront plus agréables à porter et ne risqueront pas de déteindre sur vos doigts.
N’oubliez pas de vérifier que vos gants soient adaptés à votre blouson (et vice versa). Certains modèles de gants proposent des manchettes qui peuvent être mises par dessus les manches du blouson pour assurer une imperméabilité à l’air et aux intempéries.

Blouson

Nécessaire lors de l’examen. Il peut être remplacé par une veste à manches longues mais en aucun cas par un coupe-vent qui n’est pas autorisé.
Bien que cela ne soit pas obligatoire pour obtenir votre permis, il est vivement conseillé pour votre sécurité d’opter pour un blouson destiné spécifiquement à la conduite de la moto. Ces vêtements comportent généralement des coques de protection aux coudes et aux épaules et certains modèles sont pourvus d’une protection supplémentaire au niveau de la colonne vertébrale.

Vous découvrirez très vite en roulant qu’un blouson adapté est également nécessaire pour vous protéger du vent, des projections, du froid ou de la chaleur et il est donc judicieux de faire cet investissement rapidement.
Contrairement à ce qui avait été prévu initialement, vous n’aurez pas nécessairement besoin que votre blouson ou votre veste soit muni d’équipements rétro-réfléchissants. La loi qui visait à les rendre obligatoires a été abrogée le 1er janvier 2013 et cette décision a également été confirmée par l’Arrêté du 10 janvier 2013 modifiant l’Arrêté du 23 avril 2012 sur les modalités pratiques de l’examen du permis de conduire des catégories A1, A2 et A.

Chaussures

Elles sont le dernier équipement nécessaire pour obtenir votre permis moto. Vous devrez vous assurer de porter des chaussures montantes ou des bottes. Pour votre sécurité ainsi que pour votre confort, il est préférable de choisir des chaussures ou des bottes de moto. Celles-ci sont renforcées sur la zone de contact avec le sélecteur de vitesse. Des chaussures inadaptées peuvent rendre le passage de vitesse inconfortable voir douloureux et auront tendance à s’user beaucoup plus rapidement lors de la conduite.
Pendant l’examen sur plateau, l’inspecteur vous demandera à plusieurs reprises de présenter votre équipement. Il le fera notamment dès la vérification de l’identité des candidats en début de session. Si vous n’avez pas votre équipement ou si il est incomplet, l’examen sera purement et simplement annulé et vous devrez rentrer chez vous sans avoir pu passer les tests.

Si vous n’avez rien oublié, l’inspecteur fera une première inspection visuelle de votre équipement et s’assurera qu’il est porté de manière correcte lors des épreuves. En cas d’anomalie, il peut vous demander de rectifier ce qui ne va pas.
Le guide d’évaluation des inspecteurs précise que si l’équipement est “non ou mal attaché, l’expert l’indique au candidat, en lui précisant qu’il devra être attaché correctement lors de la réalisation des exercices suivants.
Pour l’examen en circulation, le contrôle de l’équipement se fait lors de l’évaluation de la compétence “savoir s’équiper et s’installer”. Votre note pour cette compétence sera de zéro en cas de casque non ou mal attaché.

Author

Share

error: Content is protected !!