La conduite Moto en ville

Author

Categories

Share

Un étude récente a montré que 75% des accidents arrivaient en milieu urbain avec une vitesse inférieure à 50km/h, la vitesse tue, oui mais moins que la ville…

La ville est le lieu le plus fatiguant pour les motards, bien que les deux roues nous fassent gagner un temps précieux, les pièges sont partout, et la moindre erreur ne pardonne pas… Malheureusement beaucoup trop peuvent en témoigner.

Une voiture qui nous coupe la route, changement de file sans clignotants… des situations bien connues des citadins motards et tant redoutées… pourtant quelques habitudes de conduite simples peuvent considérablement augmenter notre espérance de vie.

Bon, vous connaissez votre code de la route par cœur, c’est bien, mais quelle est la page qui explique comment conduire dans une grande ville un vendredi soir à 17h ? Non ne cherchez pas, il n’y en a pas.

 conduire en ville à moto

C’est bien le problème, et je dirai que c’est encore plus vrai avec les 125cc, trop de motards/scootards s’aventurent en ville sans savoir bien conduire en ville, car la ville et la route, ça n’a rien à voir…

Une grande ville en pleine heure de pointe on pourrait se dire « Ah quel bonheur d’être en deux roues ! », c’est vrai, mais à condition de ne pas se faire renverser, et là c’est plus technique. Beaucoup trop de personnes achètent une 125cc sans permis A pour gagner du temps dans les embouteillages, le problème est qu’ils n’ont aucune expérience du deux roues, et, il faut le dire, certains sont des dangers publics.

Enfin, nous parlons même pas des 50cc (et des fois mêmes de gros cubes) qui roulent avec le casque détaché, et parfois même juste sur le haut du crâne. Il serait peut être temps pour ces personnes de comprendre qu’il y a un risque réel de rouler en deux roues, et qu’à la moindre chute, si le casque est mal attaché, il partira et ce sera la tête qui viendra directement toucher le sol.

Pour la plupart des accidents, la collision aurait pu être évitée si les conducteurs étaient plus attentifs, et roulaient correctement, car il est vrai que quand un automobiliste veut changer de voie et que des deux roues passent partout autour de lui à toute allure, il est difficile pour lui de changer de place sur la chaussée sans risquer de créer un accident. En ville il y a de tout, des voitures, des motos, des vélos, des piétons et même des trotinettes et des skateboards, il faut donc apprendre à rouler ensemble, ce n’est pas par ce que les motos vont plus vite et peuvent se faufiler, qu’on doit se sentir les maitres de la ville…

Alors essayons de corriger un peu le tire et de faire remonter ces stats’.

Pour conduire en ville il y a deux règles d’or :

  • Anticiper
  • Être vu

Anticiper

Pourquoi anticiper ? Car conduire c’est avant tout éviter les erreurs des autres. Alors mettons tout de suite les choses au clair : les autres font des erreurs, mais vous aussi que ce soit en tant que motard ou automobiliste. Donc, ce n’est pas la peine de g**ler comme un c** la prochaine fois qu’une voiture n’est pas bien placée sur la chaussée…

Anticiper sur :

  • Les changements de voie : un placement bizarre sur la chaussée ? une voiture immatriculée dans un autre département qui roule tout doucement ? Voyez ça comme si ces voitures attendaient que vous les dépassiez pour changer de voie, donc méfiance, au moindre doute restez loin…
  • Les intersections : en moto on peut rouler vite (tout en respectant les limitations de vitesse, n’est ce pas ?), un automobiliste qui sous estime votre vitesse peut penser qu’il a le temps de passer, alors qu’en fait il vous coupe la route… A chaque intersection anticipez (même si le feu est vert) en ralentissant et en tenant les freins.
  • Les piétons : une des particularités des piétons est de traverser n’importe où, n’importe quand, et là encore l’appréhension de votre vitesse peut être erronée. Faire également très attention aux bus arrêtés, on ne le dira jamais assez, mais combien de piétons traverse la route sans attendre que le bus soit parti ? ce qui a pour effet d’atterrir juste devant votre roue… soyez toujours prudent quand vous voyez un bus arrêté. Faites également attention au piéton avec le portable qui s’approche de la route, si il a l’intention de traverser, il ne regardera pas et il ne vous entendra pas non plus. Qui n’a jamais eu un piéton qui nous coupe la route sans même sans rendre compte par ce qu’il était en train de téléphoner ?
  • Les lignes de tram : encore un autre piège de la ville, les rails des tramways peuvent devenir un véritable piège en virage, surtout si il fait humide. Vous prenez un virage où les rails des trams traversent la route, au moment de passer les rails, votre roue se met de le rail et ne veut plus en sortir, ce qui a pour effet immédiat de vous coucher.
  • Les cyclistes, et je dirai particulièrement les Vlove/Vlib… : ces deux roues à la demi heure sont très dangereux, méfiez vous-en comme de la peste, il ne prennent leur vélo qu’une fois ou deux dans la semaine, et beaucoup se moquent du code de la route.
  • Les voitures garées : on pourrait se dire que le danger ne vient pas de ces voitures paisiblement garées sur le bord de la route, immobiles, moteur éteint… aucun risque. Et pourtant, si vous roulez trop près du bord de la chaussée, vous pourriez vous prendre une portière sans rien voir venir. De plus, faire très attention aux voitures qui sortent de leur place, car vous êtes en plein de leur angle mort, et donc ils ne vous verrons pas arriver, il y aura donc de forte chance que ces voitures vous coupent la route. Ainsi, pour éviter ces risques, préférez roulez sur la partie gauche de la voie de droite, ou bien la partie droite de la voie de gauche… euh enfin vous m’avez compris, roulez au milieu de la route, le plus loin possible de ces voitures garées.

Être vu

Le gros problème en ville c’est que les autres ont du mal à nous voir, une voiture à un angle mort très grand, et nous sommes tout petit. De plus, dans un milieu stressant comme la ville, beaucoup oubli de regarder partout avant de déboiter, d’où l’importance d’être vu. Si un automobiliste vous voit 300m avant d’être à votre niveau, il se souviendra que vous êtes dans le coin, ainsi il pensera à vérifier son angle mort avant de déboiter…

Il faut utiliser les quelques moyens que nous avons pour se faire voir ou entendre :

  • Le gilet fluo : oui oui je sais, ce n’est pas très beau, et ce ne colle pas du tout avec le style du motard que vous aimez tant. Mais, il faut savoir qu’en pleine nuit un gilet fluo se voit à plus de 500m, à quel distance croyez vous qu’un automobiliste peut voit votre feu arrière ? souvent trop tard, surtout au vu de sa taille. Le gilet fluo (jaune de préférence, ou orange au pire) est pour moi l’équipement de protection indispensable pour la conduite en ville, il est plus efficace que n’importe quel casque, car au lieu de protéger lors de la collision, il évite la collision… fortich non ? Sans rire, vous verrez que rien qu’avec un gilet à 1,5€ dans n’importe quel supermarché, les automobilistes vous verrons beaucoup plus tôt et vous vous ferez beaucoup moins de frayeurs. Pour 1,5€ ce serait vraiment dommage de s’en passer.
  • Utiliser vos phares : alors en France il est vrai qu’il est obligatoire pour les motos de rouler avec les codes, ce qui n’est pas un mal, mais utiliser aussi les plein phares pour vous montrer, un coup de plein phare lorsque vous apercevez un automobiliste que vous ne « sentez pas », ça vous permet d’être sûr qu’il ne vous déboitera pas dans la roue.
  • Utiliser les clignotants : beaucoup de motards critiquent les automobilistes qui ne mettent pas leur clignotants, j’avoue moi aussi, mais vous saurez que sur une moto on en a aussi (ah, ça sert à ça le bouton sur la poignée gauche !!!) donc utilisez les au maximum.
  • Faites le gros dos : une moto est minuscule comparé à un 4×4, dans un rond point les automobilistes seront plus tentés de forcer le passage avec un deux roues qu’avec un 4×4, donc imposez vous mais restez prudent.
  • Faites vous entendre : je ne vous dis pas de remonter les files avec le doigts en permanence appuyé sur le klaxon, mais lorsque vous voyez une voiture dont vous n’êtes pas sûr, un petit coup de klaxon, attention un coup non agressif, permet de se montrer. Une variante est possible pour ceux qui font beaucoup de bruit : un petit coup de gaz avant de doubler, ça réveille tout de suite les endormis.

D’un point de vu général, je dirai qu’il vaut mieux prévenir que guérir, soyez toujours attentif, une plaque d’huile, un trou dans la chaussée, des petits riens mais si vous ne les avez pas vus peuvent vous faire chuter. Votre placement sur la chaussée est très important aussi, ne rouler pas entre deux voies, rouler au milieu d’une voie, et prenez de la place, ce qui empêchera certains automobilistes de vous doubler en vous collant.

Méfiez vous également du poids de la moto au ralentit, vous avez tous passé votre plateau donc normalement vous maitrisez, mais on peut être très vite surpris, et l’erreur est irrattrapable, donc n’ayez pas trop confiance, assurez toujours vos manœuvres.

En résumé

les interdits moto
  • Anticipez sur les mouvements des autres : une voiture qui n’a pas mis ses clignotants ne veut pas dire qu’elle ne va pas tourner.
  • Contrôlez vos trajectoires et annoncez vous, tout comme les automobilistes, mettez vos clignotants pour ne pas surprendre les autres
  • Faîtes vous voir et entendre : soyez toujours sûr que la voiture que vous allez doubler vous a bien vu, dans le cas contraire, faîtes vous remarquer pour vous en assurer.
  • Placez vous correctement sur la chaussée : ni trop au bord de la route, ni en plein milieu, un placement au 3/4 de votre voie permet d’éviter les ouvertures de portières et dissuade les voitures qui voudraient vous doubler de trop près.

Author

Share

Article précédentPasser le Permis Moto
Article suivantAcheter sa moto d’occasion
error: Content is protected !!