Acheter sa moto d’occasion

Author

Categories

Share

Une moto perd 25% de sa valeur après un an, mais ces bonnes affaires peuvent vite devenir un gouffre financier, il est donc essentiel de bien analyser une occasion pour que la bonne affaire ne se transforme pas en cauchemar.

Que ce soit de particulier à particulier ou bien en concession nous allons voir ici quels sont les points à vérifier pour partir du bon pied…

Éviter de se faire arnaquer

Beaucoup de personnes achètent des véhicules de seconde main pour des raisons financières, mais attention aux arnaques.

La première question à se poser lors de l’achat d’une moto d’occasion est : « Pourquoi est-elle en vente ? » Il est primordiale de trouver une réponse à cette question, cela permet d’éviter de tomber dans une arnaque. En effet, imaginez un motard qui vient de s’acheter une moto d’occasion, quelques semaines plus tard, il s’aperçoit qu’il y a un gros problème mécanique et que la faire réparer reviendrait plus cher que d’en acheter une autre, il la met donc en vente pour s’en débarrasser, et vous vous retrouver dans la même situation…

En conclusion, le délai entre l’achat et la vente de la moto peut être une bonne indication, ainsi si vous allez voir une moto que le propriétaire a achetée il y a seulement deux mois… prudence.

Méfiez vous également des offres trop alléchantes, une BMW S1000RR d’un an, 5000km au compteur, à 4000€… trop beau pour être vrai, il y a de forte chance que ce soit une arnaque. Réfléchissez toujours, si c’était vous le propriétaire, vendriez vous une moto de 17500€ à 4000€ ? En tout cas pas moi, donc je ne vois pas pourquoi les autres le feraient.

Toujours se demander :

  • Pourquoi la moto est en vente ?
  • Quel est le délai entre l’achat et la vente de la moto ?
  • Méfiez vous des offres trop alléchantes

Vérifier l’état de la moto

Bon alors maintenant que vous êtes sûr que cette super occasion n’est pas une arnaque, il est temps de vérifier l’état de cette merveille, car les apparences sont souvent trompeuses et cela peut coûter très cher. Il est donc temps d’analyser cette moto sous toutes ses coutures, et là chaque détail compte.

Un coup de polish, un passage à la station de lavage et la moto parait comme neuve, c’est pour cela qu’il va falloir être très attentif.

  • Vérifier que la moto n’a pas été accidentée : pour cela vérifier l’état de tout ce qui peut toucher le sol lors d’une chute :
    • Le carénage : vérifier qu’il n’y ait pas trop de rayures sur le réservoir, mais ne vous affolez pas dès la moindre rayure. En revanche, une différence de teinte de la peinture est plus inquiétante, cela signifierait que la moto est tombée, et que le propriétaire a fait repeindre le carénage, ou bien l’a remplacé.
    • Les poignées : avec le carénage, les poignées sont les premiers organes touchés dès la moindre chute, ainsi l’état de celles-ci sera un bon indicateur, si elles n’ont pas été remplacées…
    • Les butées de direction : difficile de cacher ce vice, en cas de gros accident, les butées de direction doivent être ressoudées, en parallèle vérifiez le jeu dans la direction, si il y a du jeu c’est le même verdict.
    • Au niveau des cales pieds : vérifier l’état des cales pieds et du levier de frein arrière ainsi que du sélecteur. Le sélecteur est très important, car si il touche, les dégâts dans la boîte peuvent être désastreux, vérifiez donc en parallèle que les vitesses passent bien sans trop accrocher.

Vérifier l’état mécanique de la moto

Voici une checklist plutôt complète des points à vérifier lors de la visite :

Bras oscillant
  • Vérifier l’absence de jeu latéral
Câbles
  • La poignée d’embrayage et le levier de vitesse doivent revenir facilement et ne pas être durs.
  • En profiter pour vérifier l’état des câbles en sortie de levier.
Cadre
  • Points de rouille
  • Pliures
  • état des fixations moteur
Cadre
  • Bosse sur le réservoir
  • Traces de rouille
  • éclats de peinture
  • Peinture abîmée ou refait
  • Correspondance du numéro de cadre avec la carte grise !
Circuit électrique
  • La moto doit tenir le plein phare, même moteur arrêté
  • Le démarrage doit être rapide et franc, moto froide
  • Vérifier tous les commodos et fonctionnement correct des différentes positions : clignos, klaxon, feu stop
  • Vérifier l’absence de chatterton et autres rafistolages qui ne sont pas d’origine
Compteur
  • Vérifier la concordance entre l’état de la moto et le kilométrage affiché
  • Rechercher les traces de démontages du compteur
  • Vérifier le carnet d’entretien et le type de pièces changées en fonction du kilométrage
  • Vérifier l’absence de buée dans les compteurs qui pourraient signifier humidité avec des problèmes électriques à la clef
Direction
  • La moto sur béquille centrale, et en appui sur la roue arrière, faire tourner le guidon de gauche à droite : il ne doit pas y avoir de point dur
Échappement L’échappement est très sensible à la corrosion et certains ne vivent pas plus de 20.000 km. Attention, un échappement d’origine coûte facilement 900 euros !

  • Rayures, présences de chutes ?
  • Vérifier l’absence de corrosion, ou de boursouflures extérieures signalant une rouille sous jacente
  • Vérifier si le pot est homologué (signe TP-SI présent)
  • Vérifier la couleur de la sortie d’échappement : noire, la carburation est trop riche, blanc elle est trop pauvre, marron, c’est parfait. Il y a de l’huile ? Attention alors car au-delà d’un problème de carburation, c’est peut-être le synonyme d’un problème d’étanchéité moteur et de moteur rincé
Fourche
  • Vérifier les tés et les tubes à la recherche d’éventuelles traces de chocs
  • Vérifier l’absence d’huile au niveau des joints spi
  • Au guidon de la moto, pompez : la fourche doit s’enfoncer et revenir sans à coup
Freins
  • état des disques (ni rayés, ni creusés)
  • état des plaquettes (usure)
  • Course et résistance du levier de frein
  • Niveau de liquide de freins
Garde-boue
  • Vérifier l’absence de caoutchouc fondu, qui pourrait être synonyme de burn et d’utilisation spéciale de la moto
Guidon
  • Vérifiez la présence des butées afin de savoir si c’est une ancienne moto-école avec les risques que cela comporte (trail et basiques principalement)
Instruments
  • Fixations des compteurs
  • Présence d’humidité à l’intérieur des compteurs
Leviers
  • Vérifier la présence de rayures, synonymes de chutes
Moteur
  • Traces d’huile
  • Traces de chute sur les carters
  • état de la visserie, pour savoir si le moteur n’a pas été ouvert et remonté par un sauvage
  • Faites tourner le moteur : il ne doit y avoir aucun bruit suspect, ni claquement

Profitez en pour vérifier la concordance du numéro avec la carte grise.

Pneus
  • Types, usure (il doit rester au minimum 1 mm de sculpture), entailles éventuelles
  • Vérifier si l’usure est régulière ; une usure irrégulière peut signifier une fourche ou un bras oscillant faussés
Repose-pieds
  • Biseautés ? signe d’une utilisation sur piste et de risques éventuels
Roues
  • Voilage ? faire tourner la roue pour le vérifier
  • Traces de chocs, notamment sur les jantes
  • Fêlures ou oxydation des jantes
  • état et serrage des rayons pour les trails : tapez dessus avec une clef, le son doit être clair.
Suspensions
  • Installé sur la moto, appuyez sur l’arrière de la selle, la suspension doit s’enfoncer et revenir sans à coup.
Transmission
  • état des dents de la couronne
  • Tension de la chaîne, points durs en faisant tourner la roue
  • pour les cardans, vérifier l’absence de fuite d’huile et de craquement

Essayez de mieux connaitre le propriétaire

Le but est d’avoir une idée sur sa façon de piloter la moto. Une moto qui roule la plupart du temps en zone rouge aura une mécanique très usée. De même, il faudra porter une attention particulière aux sportives, bien que ces motos soient conçues pour, la mécanique souffrent énormément. Essayez de connaître le comportant du pilote lors du rodage, cette période est primordiale pour la durée de vie de la mécanique.

Essayez également de savoir si la moto était utilisée pour faire du stunt, en effet, ces figures peuvent entrainer de très gros dégâts dans la mécanique : suspension affaiblie, moteur usé (un wheeling trop long peut faire serrer un moteur, car en position de wheeling la pompe à huile ne marche plus)…

La moto vous intéresse

Vous avez bien tout regardé, et la moto vous convient, alors maintenant il faut passer à l’étape supérieure :

  • Essayer la moto : c’est un point délicat, car il est assez difficile pour un propriétaire de laisser sa moto à un autre pilote, mais pour vous c’est un point très important car il va vous permettre de vérifier que la moto réagit bien, que le moteur tourne rond, et qu’il n’y a pas de problème mécanique divers, et surtout que son caractère vous plait. Essayez de rassurer au maximum le propriétaire, en lui montrant que vous n’êtes pas un fou ni un voleur et avouez que vous êtes intéressé par la moto, ce que rassurera le vendeur.
  • Demander le carnet d’entretien : cela vous permettra de vérifier que la moto a été suivie par un professionnel régulièrement. Bien que tout le monde ne tient pas son carnet d’entretien à jour, si celui-ci est présent, c’est un bon point.
  • Vérifier la cote de l’occasion de la moto : ce qui vous donnera une base pour la valeur de la moto, et négocier le prix en prenant comme armes les différents points faibles que vous avez pu remarquer lors de votre inspection.
  • Vérifier auprès de l’assurance : c’est un point important, car si vous achetez une moto dont l’assurance sera trop élevée, ou impossible pour vous, vous serez bien embêté…

En conclusion

Maintenant, vous avez tout ce qu’il faut pour ne pas vous faire avoir lors de votre prochain achat d’occasion. N’oubliez pas de bien prendre votre temps pour bien estimer l’état de la moto, si vous vous précipitez, vous pourriez le regretter, et ce serait dommage.
Je vous laisse donc entre de bonnes mains, maintenant c’est à vous de jouer, et il y a un point que l’on a pas abordé : le coup de cœur, car là, je ne peux pas vous aider.

Author

Share