Chéri, je veux faire de la Moto !

Author

Categories

Share

Souvenez-vous. L’annonce. Ce moment façon Matrix où le temps s’arrête tant on redoute les réactions. En nous, c’est l’enthousiasme qui domine : on y a pensé, on en a rêvé. On s’imagine à moto au volant de notre voiture, traçant la trajectoire idéale des yeux, la tête penchée (comment çà, pas vous ?).

morale moto

On attend qu’une chose : partager ces émotions, mais il a fallu que l’appréhension s’invite à la fête. Vous savez, cette même appréhension que lorsqu’on s’apprête à annoncer qu’on a une maladie vénérienne (ah, toujours pas… ). Mais la bombe est lancée, vous voulez faire de la moto, et devant vous, ces visages :

La Mère

Silence. À un moment, on se demande si elle n’est pas atteinte de surdité précoce. Alors on répète. Elle devient blême. On est soulagé, mais pour un court instant seulement.

 Mais ça va pas non ? Tu veux te tuer ? 

Faut dire qu’elle est infirmière, qu’elle en voit tous les jours des steaks hachés. C’est là que la honte intervient et nous fait articuler « Non, mais c’est pas pour tout de suite hein ». Et effectivement, deux ans plus tard, on peut enfin la posséder, cette machine de la mort (deux ans = temps de préparation psychologique indispensable à la survie de la madre).

L’Homme

Fier : « C’est ma gonzesse ». Enthousiaste mais pas téméraire : « À moi les balades en deux-roues sans la responsabilité de la gamelle ». Un brin protecteur (honneur masculine oblige) : « Mais tu seras prudente hein, je te veux entière ». Il se prend même à devenir fleur bleue : « J’ai hâte de me serrer contre toi et me laisser guider ». À ce moment là, on se sent comme une déesse guerrière. 😀 Qui a dit que les codes n’étaient pas faits pour être cassés ?

Les Amis

Entre les étonnés « Toi ? Sur une moto ? », les railleurs « Et tu feras comment pour la relever si tu tombes ? », et les jaloux « Rappelles-moi quand tu l’auras loupé trois fois ton permis », il y avait de quoi se décourager. Heureusement, j’ai la positiv’attituuuude ! Hm, je m’égare. Heureusement, il y a les autres, ceux qui ont le même rêve « mais pas pour tout de suite, c’est pas le bon moment », qui t’encouragent, voire te mettent la pression « Je veux être la première à monter derrière toi ! » (clin d’œil si tu te reconnais 😉 ).

Bilan

Quoi qu’il en soit, on sait très bien qu’aucun n’auront le dernier mot. héhé. Aujourd’hui, tous se sont fait à l’idée. Mon beauf fait maintenant parti du clan des motards et mon père veut s’y mettre ! What else ?

Je serais bien curieuse de savoir comment ça s’est passé pour toi : les commentaires sont justes dessous 🙂

Author

Share