Consommation d’essence : Rouler l’hiver, c’est Rouler plus cher

Author

Categories

Share

Si vous roulez toute l’année avec votre deux-roues, vous avez sans doute remarqué que sa consommation en essence augmente toujours un peu l’hiver (de l’ordre de 5 à 10%). Qu’importe les efforts que vous fassiez pour contenir cette consommation, il est strictement impossible de maintenir les bons scores de la période estivale.

Pourquoi cela ?

Je vous propose ce court article pour y répondre.

Utilisant ma moto tout au long de l’année, je suis la première « victime » de cette augmentation de consommation.

Il n’y a qu’un seul responsable à cela : le froid !

Le froid augmente la densité de l’air

Un air plus froid, c’est un air plus stable : les molécules d’air s’agitent moins.
En conséquence, il y a plus de molécules dans un même volume d’air : la masse de ce volume augmente, la densité augmente.

La richesse du mélange air-essence doit augmenter !

La cylindrée de nos moteurs ne varie pas. Eté comme hiver, nos moteurs aspirent à chaque cycle le même volume d’air. Or, en hiver, l’air froid étant plus dense, le moteur ingère plus de molécules d’oxygène. En réaction, l’injection doit enrichir le mélange air-essence afin de maintenir une combustion normale (respect des proportions stœchiométriques de la réaction de combustion).

Pour information,

  • La masse volumique de l’air à +25°C : ρ = 1,184 kg/m3
  • à 0°C : ρ = 1,293 kg/m3 soit une augmentation de 9% !

Les frottements dus à l’air augmentent !

Un air plus dense, c’est un air plus visqueux : négligeables à basse vitesse, les frottements deviennent significatifs lorsque le rythme augmente (augmentation avec le carré de la vitesse).

Cette traînée aérodynamique doit être compensée par un travail supplémentaire fourni par le moteur, ce qui, pour des moteurs peu puissants, est sensible.

A ces deux raisons, on pourrait rajouter que :

  • les équipements électriques (accessoires chauffants et phares additionnels) tirent sur l’alternateur, freinant le moteur ;
  • le temps de chauffe est plus long qu’en été (huile froide, moins lubrifiante), gaspillant de l’essence.

Conclusion

Votre moto consomme plus en hiver ? Rassurez-vous, elle va bien !

Pour l’anecdote, sachez qu’en aviation la température extérieure est un facteur clé de la performance des avions. Un décollage peut être compromis par un air extérieur trop chaud, les ailes ne pouvant tout simplement pas fournir assez de portance en bout de piste. Des crashs ont eu lieu en période estivale, les pilotes ayant négligé d’adapter le chargement de leur avion en fonction de la température du jour, procédant de la même manière qu’en plein hiver.

Author

Share